Le Formica, un incontournable des années 60

becbunzenboutique.com

becbunzenboutique.comLe Formica revient en force dans nos intérieurs ! Surfant sur la vague du vintage, ce stratifié déco tant aimé des ménagères des sixties, n’est plus catalogué comme ringard, bien au contraire…

La première fois que vous l’avez aperçu, vous étiez certainement chez votre grand-mère. Toutefois, son apparition ne date pas des sixties, mais du début du siècle, de l’autre côté de l’Atlantique…

bebunzenboutique.comLe Formica est un matériau stratifié recouvert d’une résine artificielle.
Il a été inventé aux Etats-Unis à Cincinnati en 1913 par deux ingénieurs, Herbert A Faber et Daniel J O’Conor qui cherchaient des matériaux nouveaux, en s’appuyant sur les caractéristiques physiques du Mica (bon isolant électrique.
Le Formica est né et devient une marque déposée par une grande entreprise américaine.

Dès les années 1930, des artistes et des architectes s’intéressent à ce nouveau matériau innovant qui offre de nombreuses possibilités structurelles et décoratives. Mais c’est après la seconde guerre mondiale, que le Formica devient le matériau emblématique de la modernité : des couleurs vives, une facilité d’usage, une fonctionnalité incomparable,…. il véhicule tous les symboles d’un nouvel “art de vivre moderne”.
becbunzenboutique.comEn France, c’est en 1949 que le Formica fait son apparition pour le mobilier: ce stratifié décoratif bouleverse l’environnement de l’habitat traditionnel (prioritairement, la cuisine)  en y introduisant la couleur.
Les meubles anciens traditionnels (tables de ferme, bahuts, huches, vaisseliers,….) sont à cette époque mis au rebut.

becbunzenboutique.comC’est au Salon des Arts ménagers de 1949 que le FORMICA rencontre un fort engouement public.
Solide, facile à laver et à entretenir, résistant à l’eau, léger, fonctionnel, stable, peu coûteux, … le formica remporte un franc succès avec l’appui d’une publicité, elle-aussi en fort développement dans les années 60 et envahit toutes les pièces de la maison, mais a plus nettement les faveurs de la cuisine. On le retrouve également aux comptoirs des bars, dans les restaurants et les hôtels. C’est une véritable petite révolution esthétique qui connaît son apogée au cœur des années 60 ! Par certains, les années 50-60 sont appelées “années Formica”.
becbunzenboutique.comComme pas mal de matériaux en déco, le Formica a été catalogué comme ringard à partir des années 80. Après des années de bons et loyaux services, il est remercié et abandonné par la grande majorité des français. Le come-back du Formica est enfin arrivé, après des années passées à être banni de nos pièces à vivre. Avec la folie vintage, revoilà le Formica qui s’autorise un retour en force dans nos intérieurs. Quoi de plus normal, l’époque est aux valeurs authentiques, au grand retour des fondamentaux, aux économies !

Depuis quelques années on ne compte plus le nombre de matériaux tant appréciés par le passé qui reviennent hanter nos intérieurs. Le rotin , le liège et le Formica connaissent ainsi une seconde vie !
Sans entrer dans la logique d’un intérieur au total look vintage, la présence d’un meuble en Formica suffit à apporter une pointe de déco ludique à notre pièce.

Lampe JUMO N71

becbunzenboutique.com

Cette lampe est répertoriée dans le catalogue Jumo sous la référence N71 et date du début des années 1960.

Histoire de Jumo :
C’est à Bagnolet dans les années 1940 qu’Yves Jujeau, associé de Pierre et André Mounique, créent la « Société Nouvelle des Etablissements JUMO » qui tire son nom de l’assemblage des 2 premières lettres des deux noms de famille Ju et Mo. La société devient «Jumo Concord» à la fin des années 1970, rachetée par la société anglaise Concord. D’abord délocalisée, la société s’éteint dans les années 1980.

Célèbre en France pour son panel de lampes de bureau de qualité, Jumo est à la croisée de la tradition et du moderne, pour créer et innover.

Spécificité de la marque :
Les lampes Jumo ne sont pas tamponnées, ni gravées d’aucun logo ni nom (sauf un modèle, le Lucidus Bloc).

Meuble fabriqué à partir du bois récupéré d’anciens bateaux balinais…Upcycling ou recyclage ?

becbunzen

RECYCLAGE OU UPCYCLING, QUELLE DIFFÉRENCE ?

Dans les deux cas, un objet en fin de vie est récupéré pour en faire un autre objet. Mais là où le recyclage engendre un processus de transformation chimique, et par là même une dépense d’eau, d’énergie, le Upcycling ne modife pas chimiquement les matériaux.

On peut également faire valoir qu’un produit recyclé sera souvent de qualité égale au matériau d’origine. Dans l’Upcycling, on tentera d’apporter une valeur ajoutée au produit, souvent de façon artistique. En tout état de cause, on peut considérer que l’Upcycling est une forme de recyclage. Ajoutons que le recyclage peut se pratiquer à grande échelle tandis que le Upcycling reste confidentiel. Un peu comme la différence entre industrie et artisanat…

La boutique de Becbunzen

Becbunzen, mobilier vintage

SAMSUNG CSCNathalie Vanhulst et Sandrine Walle, chineuses invétérées, proposaient depuis deux ans leurs services en ligne. Les voilà qui franchissent un nouveau pas, en ouvrant mi-septembre 2014 leur boutique : Becbunzen.
Que déniche-t-on, dans cet ancien atelier de créateur, voisin de La Réserve à bulles ? Du mobilier, d’abord, rétro, vintage et bobo comme il faut.
Dans ce lieu sur deux niveaux joliment agencé, la bonne idée des deux complices, c’est d’associer ces pièces chinées à des objets d’aujourd’hui qui leur font écho. Et, pour sortir du tout-vintage, Becbunzen glisse aussi dans son antre des meubles industriels retapés, réinventés, patinés bienvenus.

L’esthétique industrielle de Jean Prouvé

becbunzenboutique.com

LE DESIGNER
becbunzenboutique.comÉlève du ferronnier Emile Robert de 1916 à 1919, collaborateur des architectes Robert Mallet-Stevens, Le Corbusier, Albert Laprade et Tony Garnier, ce technicien avisé s’est toujours adapté aux problèmes de son époque en tenant compte du travail collectif. C’est ainsi qu’il ouvre, en 1923, son premier atelier (rue du Général Custine à Nancy) avant de s’installer, sept ans plus tard, rue des Jardiniers.

En 1945, il construit son usine à Maxéville. Il y restera jusqu’en 1954, date à laquelle il perd le contrôle de son affaire. Il poursuivra son activité en tant qu’ingénieur-conseil pour la réalisation de grands projets d’architecture contemporaine.

Si Jean Prouvé a commencé par la réalisation de grilles d’entrée, rampes d’escaliers, garde-corps et verrières, il conçoit à partir de 1924 ses premiers meubles.

Ayant découvert la soudure électrique et appliquant les diverses techniques de façonnage, il recourt à la tôle d’acier (particulièrement utilisée pour l’industrie automobile), d’une extrême finesse – moins de 1 mm d’épaisseur – ce matériau lui permet d’obtenir un « corps creux » ajoutant sa résistance à celle du châssis: la chaise à siège articulé de 1929 en constitue un exemple type.

L’emploi de ce métal se retrouve dans la plupart des meubles qui jalonnent son parcours ; Jean Prouvé emploiera fréquemment aussi l’aluminium (tant dans le domaine de l’habitat que dans celui de l’aménagement intérieur) qu’il utilisera sous forme de tôle pliée ou de pièces moulées – comme la transposition du piétement arrière de la chaise de bureau de 1934.

becbunzenboutiqueExposant en 1930 à l’Union des Artistes Modernes, dont il est membre depuis sa fondation en 1929, Jean Prouvé affirme d’emblée la particularité de sa démarche : fabriquer, à l’aide d’éléments inoxydables, des meubles en série sur des machines industrielles. Il répondra à de nombreuses commandes dont celles de l’Université de Nancy en 1932, plus tard de l’usine Férembal en 1946 et du CREPS d’Aix-en-Provence en 1952.

becbunzenboutiqueOutre le mobilier scolaire, Jean Prouvé aménage des bureaux et conçoit des sièges, tables, étagères, bibliothèques et bahuts, qui découlent tous d’un même principe de fabrication : à partir d’une esquisse, un prototype est réalisé afin d’en apprécier les détails par une étude très stricte. Cette discipline lui permettra de s’associer à des architectes de grande renommée, Charlotte Perriand et Pierre Jeanneret ; il lui en restera un goût prononcé pour le bois – naturel ou contreplaqué – qui, en période de pénurie, remplacera les structures métalliques (voir les chaises en bois de 1942). Son mobilier sera largement diffusé par la Galerie Steph Simon à partir de 1956.

Jean Prouvé a largement contribué à la reconstruction et à l’urbanisme de l’après-guerre ; véritable entrepreneur, il a su rompre avec les traditions de construire en privilégiant l’expérience à la rentabilité.

L’ARCHITECTE : LES MAISONS METROPOLES

becbunzenboutique Construites de 1950 à 1952 sur un terrain accidenté à la limite de la ville de Meudon, dans les Hauts-de-Seine, les 14 maisons industrialisées réalisées par Jean Prouvé répondaient aux besoins urgents de relogement de l’après-guerre.
Cet habitat transitoire, composé de panneaux en bois et métal, est posé sur des soubassements de maçonnerie destinés à corriger la déclivité du sol.

Jean Prouvé déclarait fièrement, à l’orée des années cinquante  :

« Je suis prêt à fabriquer des maisons usinées en grande série, comme Citroën l’a fait dès 1919 pour les automobiles… le temps de la brouette est passé ! Le fer, l’acier… c’est mon truc ! avec le fer, on construit vite et solide. »

becbunzenboutiquePour Prouvé, le projet de Meudon est l’occasion de faire progresser ses conceptions en matière d’industrialisation de l’habitat. Depuis 1937, date de ses premiers prototypes, il n’a cessé de perfectionner ses méthodes de production de bâtiments légers de petit format pour le Ministère de l’Air ou le Génie militaire. Meudon sera le premier chantier important et le premier test en vraie grandeur des maisons usinées. Huit maisons de modèle “Métropole” à portique axial et six modèles à coque sont spécialement conçus pour ce programme et préfabriqués par les ateliers Jean Prouvé à Maxéville en Lorraine.

becbunzenboutiqueLe système constructif du type “Métropole” est composé d’un portique métallique central sur la poutre faîtière duquel s’emboîte la toiture, constituée de bacs d’acier. Les panneaux de remplissage, les cloisons et les faux-plafonds sont en aluminium. La maison doit être montée avec quatre compagnons à l’exclusion de tout appareil de levage. Les pavillons de type “coques” sont construits avec des murs en maçonnerie et une toiture métallique auto-portante.

60 ans plus tard, ces éphémères constructions d’urgence ont remarquablement résisté au vieillissement. Elles sont pour la plupart entretenues et restaurées par leurs occupants, amateurs de l’architecte. Le lotissement, boisé et paysager, dégage une atmosphère intimiste que peuvent lui envier les réalisations plus récentes qui le bordent.
L’étroitesse des voies de circulation, la variété dans l’implantation des maisons et le réseau de voies piétonnières contribuent fortement, en limitant la pénétration automobile, à conserver le caractère de cette réalisation.

L’assemblage de la “Maison Métropole” :

[vimeo 63736089 w=500 h=281]

ZOOM sur la table basse Gae Aulenti

www.becbunzenboutique.com

www.becbunzenboutique.comLa table basse Gae Aulenti, un grand classique et incontournable du design signé par l’architecte Gae Aulenti. Beauté épurée, jeux de reflets du verre, une table minimaliste qui se déplace facilement dans toute la maison.

  • Verre trempé bisoté 15 mm & roulettes caoutchouc et métal vernis
  • 150 x 150 x 25 h cm

becbunzenboutique.comLa table basse Gae Aulenti est une table minimaliste de l’architecte designer de la lampe Pipistrello. Il s’agit d’un classique du design moderne.

La table basse Gae Aulenti s’exprime dans tout sa simplicité et dégage sa beauté par son absence. Les pieds roulants, fonctionnels au départ deviennent essentiels et sont mis en valeur.

Son prix dans le commerce : environ 1110.00 euros

Becbunzen se met à table …

Les 9 et 10 novembre, Becbunzen participait à l’évènement “Tables Ephémères” organisé par Les Charlau.

Le concept : Un lieu, du mobilier, et des chefs … pour un restaurant éphémère.

LE LIEU, Lift. Inauguré le 4 Janvier 2013, LIFT est à la fois le lieu de vie et l’atelier de travail de son fondateur Youri Cayron. Cet espace, il le définit comme un labo de recherche, un lieu de diffusion lié à la création artistique et contemporaine.

LE MOBILIER, Becbunzen. Spécialisée dans le mobilier vintage et industriel, la boutique itinérante au coeur de Marseille s’est volontiers prêtée au jeu de l’éphémère, habillant le temps de l’évènement la salle de ce restaurant d’un jour. Un mobilier qui voyage pour une table mouvante, l’idée était trop séduisante pour ne pas se lancer dans l’aventure.

LES CHEFS, Les Charlau.  Pour cette première édition, les “marginaux des fourneaux” comme ils se définissent eux-mêmes, ont su séduire avec une cuisine inventive aux saveurs originales. Charlène, Laura et Antoine, ont élaboré pour l’occasion des recettes surprenantes aux saveurs automnales. Des produits de qualité, une assiette soignée et créative, … le résultat est divin ! Et cerise sur le gâteau, pour l’évènement, l’équipe des Charlau a fait appel au pâtissier Clément Higgins.

Un grand merci pour ce merveilleux moment culinaire et de partage.

LES LIENS :

https://www.facebook.com/liftmarseille

http://liftmarseille.over-blog.com


https://www.facebook.com/les.charlau.tables.ephemeres

BECBUNZEN fait la Fiesta du 18 au 26 OCT.

becbunzenboutique.com
Un nouveau projet pour BECBUNZEN : meubler l’espace partenaires de la Fiesta Des Suds # 2013.

becbunzenboutique.com

Nous tenons à remercier tout particulièrement LATINISSIMO pour sa confiance ainsi que Miss Mu pour son aide précieuse et sa collaboration dans ce projet.

RDV le 18 octobre dans l’espace partenaires de la Fiesta Des Suds !!!

Mobilier vintage ou mobilier industriel, les créatrices de Becbunzen nous en parlent

Extrait du blog de Françoise Attali > danslamaisondefrancoise : « Depuis quelques années, nous assistons au phénomène des vide-greniers qui ont le vent en poupe dans nos centre-villes où les citadins viennent chercher des objets, du mobilier du passé pour se remémorer leur enfance, pour un retour dans leur passé, pour une certaine authenticité, synonymes de repère en ces temps de crise !

J’ai demandé aux Créatrices de Becbunzen, structure spécialisée dans les meubles, objets de type vintage et industriels, de nous parler de cette nouvelle tendance dans la Déco. »

1374266_549492888433515_799491284_n copie copie“Dans les intérieurs, la tendance est tout aussi vintage et le boom du rétro gagne les objets du quotidien … du buffet en formica à l’appareil polaroïd, de la chaise scandinave aux accessoires « déco pop » et colorés, en passant par le tabouret d’atelier et le vestiaire d’usine, petite Madeleine de Proust d’une ère industrielle, aujourd’hui bien révolue !”Est ce un effet de la crise ou un besoin de retrouver une époque insouciante où l’on pouvait boire, fumer et profiter sans entrave ?

1234910_543463402369797_1482295370_n copie

Aujourd’hui, on constate également que les gens refoulent l’ère du « tout-jetable », ont ras le bol du consumérisme effréné et cherchent du réconfort dans les objets du passé mais aussi, une envie d’exclusivité, un anticonformisme qui fait front à la mondialisation et à l’uniformisation des modes de vie.

Avec ce retour dans le passé, c’est désormais l’idée de tradition qui est mise en avant, la recherche d’un produit chargé d’histoire, un patrimoine intemporel, celui de nos grands parents où les objets du quotidien étaient fabriqués pour durer toute une vie. »

1235900_549492738433530_82379802_nNathalie nous définit le terme « vintage »

  »A l’origine, le terme vintage vient de l’ancien français « vendange » était utilisé en œnologie pour désigner un vin remarquable par sa qualité, en référence à son âge ou a un millésime.

Le mot vintage est utilisé dans le monde de la mode et du design depuis les années 90 et désigne à la base, une pièce qui marque une mode, une époque, un style. Une pièce vintage n’est pas seulement ancienne, elle est aussi symptomatique de la culture et des us et coutumes à un moment donné de l’histoire de la mode du 20ème siècle.

1148800_532855083430629_1667297740_n copie

Le terme vintage est progressivement sorti du cadre de la Haute Couture pour s’étendre à toute pièce d’occasion datant des décennies précédentes.

S’il est généralement admis que, pour être qualifié de vintage, un vêtement ou objet doit avoir été créeentre le début du siècle dernier et le milieu des années 80, on considèrera néanmoins que les années 1990 commencent à s’inscrire dans le cadre du vintage. »

– Le mobilier industriel est aussi à la mode !

521694_549492411766896_1034293305_n copie copie

« Au même titre que l’Art déco ou d’autres, le mobilier industriel est un style à part entière et la particularité d’être robuste et résistant. Le mobilier d’atelier date du grand boom de l’industrialisation qui débute vers la fin du XIXè siècle et se termine dans les années 50.

Le mobilier d’usine est souvent fabriqué en série et quelques marques sont devenues cultes : en 1927, Xavier Pauchard dépose le nom de Tolix et se lance dans la production de fauteuils, de sièges, de tabourets et d’autres meubles métalliques. Aujourd’hui, certains modèles sont très recherchés : les modèles de chaise Tolix A ou les fauteuils Tolix A56, par exemple.

Un autre exemple, celui de Jean-Louis Domeck qui dans les années 1940, dessine une lampe pour l’adapter à son activité de mécanique générale ; il la commercialise en 1953 et lui donne un nom, la mythique Jieldé.

1374366_549492268433577_227480017_n

Le plus souvent utilisée en lampe d’atelier articulée, (1, 2, 3, 4 bras, parfois plus) on peut également, la trouver en applique. »

« Parmi les grands noms, on trouve également des créateurs : Eames, Prouvé, Perriand, Gras, Buquet ou encore Saarinen mais aussi, des fabricants comme Strafor, Ronéo, Flambo, Kandem, Biénaise …

Le meuble d’atelier est souvent conçu par l’ouvrier lui-même qui le transforme et l’adapte en fonction de ses besoins liées à son activité : ce type de meuble devient, donc unique et presque une œuvre d’art. »

– Quelques conseils pour intégrer ces deux types de mobilier au le mobilier contemporain

« Qu’il soit industriel ou vintage, ce type de mobilier s’intègre parfaitement à nos intérieurs modernes en apportant une touche personnelle à notre déco.

b2f273_2fdae2813b291d28a7675261148a155a.jpg_srz_400_390_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

La nostalgie d’un passé industriel en perte de vitesse n’est sûrement pas étrangère à l’engouement du vintage et du mobilier industriel.

En effet posséder un tel objet chez soi, c’est sauvegarder un peu de patrimoine, faire un « come back » en retrouvant les objets de notre enfance. En effet, il y a une histoire derrière chaque meuble, chaque lampe ou chaque objet ; les traces laissées par le temps en témoignent. »

« Pour bien choisir, il faut évaluer l’état du meuble, ou de l’objet avant de se lancer dans un achat. Un contrôle visuel est indispensable : il faut être attentif aux traces de corrosion et ne pas hésiter à regarder sous le meuble. Faire attention à la rouille qui doit rester superficielle.

Vérifier les chocs car ils ne sont pas toujours réparables ainsi que la quincaillerie manquante, la plaque du fabricant … »

• A propos de Becbunzen

En quête d’un type de décoration original et unique, elles restaurent du mobilier et des objets vintage 30′ à 80′ avec le concept de leur donner une seconde vie, inventant parfois une fonctionnalité nouvelle …

Elles dénichent d’une brocante à un vide grenier, des perles rares : fauteuils 1950, banquette de cinéma, mobilier scandinave, téléphone historique, lampes pop, chaises d’atelier, tabouret d’usine … Elles valorisent ainsi, des pièces qui allient la solidité, la sobriété, la fonctionnalité à l’esthétisme.

 

Becbunzen, mobilier vintage– Ainsi, elles donnent une seconde vie à des pièces parfois oubliées, grâce à une rénovation soignée qui permettent de s’insérer à merveille dans des intérieurs tout à fait contemporains.

 Côté distribution, elles ont choisi un mode de distribution original : l’itinérance. Ainsi, le mobilier de la marque est exposé à Marseille au restaurant Rowing Club et à la Galerie de la Jetée.

De manière éphémère, Becbunzen expose aussi des soirées au Cercle des Nageurs de Marseille, et ponctuellement pour des évènements tels que le Rétrogaming show.

• Pour connaître la marque Becbunzen, visitez le site –www.becbunzenboutique.com

Françoise Attali